Dernières actualités

  • Bonnes vacances !

    La longue période de rentrée se termine. L’occasion de souhaiter […]

    Lire la suite

  • Remise des diplômes enseignement supérieur

    La remise des diplômes BTS SIO/GPME/MCO/NDRC aura lieu le vendredi […]

    Lire la suite

Prévention Collège

28 avril 2021

Intervention sur 𝖑𝖊 𝖉𝖆𝖓𝖌𝖊𝖗 𝖉𝖊𝖘 é𝖈𝖗𝖆𝖓𝖘 en 4e

Le mardi 30 mars, les élèves de 4e ont eu une intervention sur 𝖑𝖊 𝖉𝖆𝖓𝖌𝖊𝖗 𝖉𝖊𝖘 é𝖈𝖗𝖆𝖓𝖘 (télévision, ordinateur, tablette ou téléphone). Le but n’était pas de stigmatiser les enfants mais de leur expliquer l’impact de ceux-ci. Cette intervention a été dirigée par une addictologue de l’hôpital de St Etienne durant une heure.Tout a débuté par une 𝚍é𝚏𝚒𝚗𝚒𝚝𝚒𝚘𝚗 𝚍𝚎 𝚕’𝚊𝚍𝚍𝚒𝚌𝚝𝚒𝚘𝚗 : « 𝓾𝓷𝓮 𝓬𝓸𝓷𝓭𝓾𝓲𝓽𝓮 𝓺𝓾𝓲 𝓻𝓮𝓹𝓸𝓼𝓮 𝓼𝓾𝓻 𝓾𝓷𝓮 𝓮𝓷𝓿𝓲𝓮 𝓻é𝓹é𝓽é𝓮 𝓮𝓽 𝓲𝓻𝓻é𝓹𝓻𝓮𝓼𝓼𝓲𝓫𝓵𝓮, 𝓮𝓷 𝓭é𝓹𝓲𝓽 𝓭𝓮 𝓵𝓪 𝓶𝓸𝓽𝓲𝓿𝓪𝓽𝓲𝓸𝓷 𝓮𝓽 𝓭𝓮𝓼 𝓮𝓯𝓯𝓸𝓻𝓽𝓼 𝓭𝓾 𝓼𝓾𝓳𝓮𝓽 𝓹𝓸𝓾𝓻 𝓼’𝔂 𝓼𝓸𝓾𝓼𝓽𝓻𝓪𝓲𝓻𝓮 𝓮𝓽 𝓶𝓪𝓵𝓰𝓻é 𝓵𝓪 𝓬𝓸𝓷𝓼𝓬𝓲𝓮𝓷𝓬𝓮 𝓪𝓲𝓰ü𝓮 𝓭𝓮𝓼 𝓬𝓸𝓷𝓼é𝓺𝓾𝓮𝓷𝓬𝓮𝓼 ».

L’intervenante a poursuivi en rapportant la conclusion du Docteur Olievenstein pour qui l’addiction est la rencontre entre un individu, un produit ou un comportement à un moment donné.Elle a ensuite distingué la passion (état affectif intense et irraisonné) de l’addiction (c’est quand cela prend beaucoup de place voire trop de place). Ainsi, on peut définir un état addictif à partir du moment où plusieurs critères (8 sur 12 au total) sont remplis sur une période de 12 mois. Ces principaux critères étant la 𝐩𝐞𝐫𝐭𝐞 𝐝𝐞 𝐜𝐨𝐧𝐭𝐫ô𝐥𝐞, 𝐥’𝐞𝐧𝐯𝐢𝐞 𝐢𝐫𝐫é𝐩𝐫𝐞𝐬𝐬𝐢𝐛𝐥𝐞, 𝐥𝐞𝐬 𝐜𝐨𝐦𝐩𝐮𝐥𝐬𝐢𝐨𝐧𝐬 𝐨𝐮 𝐥𝐚 𝐜𝐮𝐥𝐩𝐚𝐛𝐢𝐥𝐢𝐭é 𝐞𝐭 𝐥𝐞𝐬 𝐜𝐨𝐧𝐬é𝐪𝐮𝐞𝐧𝐜𝐞𝐬 𝐪𝐮𝐞 𝐜𝐞𝐥𝐚 𝐞𝐧𝐭𝐫𝐚î𝐧𝐞.Pour bien comprendre, l’intervenante a donné des explications sur ce qui se passe dans le cerveau des personnes placées devant un écran. Les images interviennent sur la dopamine (hormone) qui a tendance à stimuler.Pour égayer cette intervention, quelques chiffres ont été donnés :en 2017, les 13/19 ans étaient connectés en moyenne 15h11 par semaine, soit 1h30 de plus qu’en 2015 ;69 % de ces jeunes possédaient une console de jeu,68 % un ordinateur,34 % une tablette.Temps moyen de jeux journalier : 2h15

71,2 % des français, tout âge confondu, jouent aux jeux vidéos (même dans les EPHAD pour les stimuler). Pour conclure l’intervention, la personne de LoiréADD a signifié aux élèves qu’ils faisaient partie de la 🅖é🅝é🅡🅐🅣🅘🅞🅝 🅩, c’est-à-dire la génération des enfants entourés d’écrans, ce qui induit qu’ils sont multitâches (faire ses devoirs en écoutant de la musique et/ou en visionnant des vidéos). Du coup, ils sont moins attentifs car la lumière bleue émise par les écrans bloque la mélatonine (hormone du cerveau) qui est nécessaire à l’endormissement.

Partager